Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

spinebreakerSpinebreaker – Death Metal/Hardcore – États-Unis
Ice Grave – 2016
Creator-Destructor Records
7.5/10

Il y a des mélanges de styles qui donnent soit d’excellents résultats, soit des mauvais et d’autres qui sont relativement corrects sans vraiment être une révélation divine ou une illumination. Lorsque le Crossover a été créé dans les années 80, on assistait à un mélange de deux super puissances de la musique underground. Le Métal et le Hardcore fusionnaient ainsi pour créer une entité nouvelle pleine de promesses. Ce fut de courte durée mais fort explosif. De nos jours, on tente de recréer cette chimie tant bien que mal mais le passé est bel et bien derrière nous.

Depuis quelques années on assiste à une autre forme de mélange, celui du Death Metal accouplé au Hardcore de nouvelle génération. Un peu comme si Hatebreed avait eu une relation avec Cannibal Corpse. Même si les rejetons de cet accouplement peu orthodoxe ont parfois de bonnes idées, il n’en demeure pas moins que le mélange est un peu singulier.

Spinebreaker est un de ces groupes qui perpétuent cet hybride bizarroïde initialement instauré par des groupes comme Reprisal ou A Death for Every Sin vers la fin des années 90. Plus près de notre époque, Skinfather en est un parfait exemple et Spinebreaker se lance directement dans la même voie. De très bons riffs gras, un bon vocal rappelant Martin Van Drunen et de bonnes pièces entrainantes. La production laisse à désirer, on y va de la fameuse mode des guitares avec les « mids » dans le tapis, ça sonne sourd et ça vient irritant pour l’oreille à la longue. La partie Hardcore est trop présente avec les éternels rythmes « down tempo », la vitesse manque cruellement par moments et le tout devient rapidement redondant.

Sans être mauvais, car il y a de très bons riffs accrocheurs et d’excellentes idées, Spinebreaker a plus du Hardcore que du Death Metal ce qui doit attirer grandement les ramasseurs de patates et les ninjas dans les concerts. Trop sourd, trop core, trop prévisible.

Tags: