Skip to content

By Sinistros in La Chronosphère

the-young-godsJe vous en parle depuis quelques semaines et ceux qui me lisent savent maintenant que le Studio 84 et son DJ Jean Claude Gélinas ont été une énorme source de découvertes et de connaissances musicales underground. a chaque semaine, une nouveauté ou deux apparaissaient dans le décor, souvent j’accrochais, parfois pas du tout et la première fois que j’ai entendu L’amourir de The Young Gods, j’ai été fasciné par cette musique minimaliste gravitant autour d’une batterie, d’échantillonnages et de textes poétiques sur des chansons abrasives.

Ce trio Suisse utilisait en grande partie des échantillonnages provenant de diverses sources sonores et réussissait à créer des pièces structurées et avant-gardistes. Sur son deuxième album, l’Eau rouge, The Young Gods a même utilisé en boucle le « riff » du début de Technocratic Manipulators de Voîvod pour construire une de leur chanson. Franz Treichler et ses acolytes ont apporté une nouvelle vision dans le monde de la musique électronique et a ouvert la voie a plusieurs autres possibilités jusque là inexplorées.

La Chronosphère: Mercredi 17 Juin 2015
The Young Gods – L’amourir – 1988

Tags: