Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

merlinMerlin – Psychedelic Doom – États-Unis
Electric Children – 2016
Poisoned Mind Records
8.5/10

Magiciens, Fuzz et psychédélique. Trois éléments essentiels pour forger les bases solides d’un groupe Doom aux influences des années 70. Merlin s’approprie ces éléments pour façonner une musique complètement disjonctée, lourde et provenant d’un lointain souvenir.

Electric Children est un habile mélange influencé par Uncle Acid, Black Sabbath, Electric Wizard et Goblin s’étalant sur plus de 50 minutes et 8 pièces de pure lourdeur psychédélique et magique où les guitares et basse avec fuzz sont à l’honneur. On nage en plein délire vaporeux comme en plein trip sur les champignons.

Bien que par moments on a l’impression que Merlin s’aventure dans un jam où le fil se perd, le tout se tient à merveille et nous transporte vers un voyage astral des plus flyés. La pièce Interlude donne une légère pause à l’album avec des synthétiseurs rappelant Kraftwerk en version plus occulte, ce qui tranche avec le son global de l’album mais donne un effet de pont entre deux pièces. L’album se termine par Tales of the Wasteland, une longue pièce de plus de 23 minutes dignes des grands noms du genre.

Electric Children est un excellent album puisé à même les sources originelles du rock occulte. A écouter sans réserves, de préférence à jeun pour éviter les mauvais voyages.

Tags: