Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

amon-amarthAmon Amarth – Melodic Death Metal – Suède
Jomsviking – 2016
Metal Blade Records
6/10

Bon, en partant faire une chronique sur un album de Amon Amarth est un peu singulier venant de ma part. Le Death Métal Mélodique et moi, ça fait deux et tout comme avec le Power Metal, il r`gne depuis de nombreuses années une imcompatibilité musicale entre mon cerveau et ces types de Métal. Mais en 2016, même si je ne prends au grand jamais de résolutions, j’ai pris la décision de donner la chance aux coureurs et de tenter d’établir des liens voire même un certain contact avec des styles Métalliques que je n’affectionne pas particulièment.

Je connais Amon Amarth depuis le début des années 2000. J’entends quelques pièces de temps à autres issues de la discographie du groupe qui compte maintenant dix albums avec cette nouvelle sortie intitulée Jomsviking. Je n’ai jamais accroché à la musique du groupe mais j’ai tenté une écoute complète avec le nouvel album.

Étant souvent affublée du terme Viking Metal, je m’attendais à une musique beaucoup plus musclée et surtout à tendances guerrières avec des hymnes épiques donnat l’impression de vivre une grande épopée. Ma première sensation en écoutant l’album et les images qui me sont venues en t^te au fil des pièces ont été plus du genre fermiers Vikings travaillant au champ et enfants tournoyant autour des jupes de mamans affairées aux diverses tâches du village. Pas de colosses guerriers allant conquérir le monde à bord de leurs effroyables Drakkars au rendez-vous.

Musicalement, c’est très bien composé et l’album comporte de nombreux riffs accrocheurs mais fortement prévisibles et frisant à quelques reprises une quétainerie douteuse digne des groupes de fromage Métal qui sortent des riffs pour les petites filles. Mon expérience Amon Amarth n’a aucunement été convaincante et Jomsviking confirme ce que j,ai toujours ressenti face au groupe. C’est mou, gentil et ennuyant sans bon sens.

Il en faut pour tous les goûts, je le concède. Amon Amarth ne fait décidément pas partie des miens.

Tags: