Skip to content

By Sinistros in La Chronosphère

candlemassJ’ai toujours eu un très gros penchant pour la musique rapide et ce, depuis mon tout jeune âge. De Ned Landry au Rêve du Diable en passant par The Beatles jusqu’au Speed Metal, je préférais de loin les pièces avec un tempo très élevé. Petit à petit, j’ai commencé à apprécier des styles plus lents et mélancoliques, notamment avec The Cure et The Legendary Pink Dots. Le Doom Metal est un sous genre qui m’était pratiquement inconnu, Trouble étant un des rares groupes de ce genre a m’avoir accroché à l’époque. Donc, c’est sur le très tard que j’ai apprivoisé la lenteur extrême et c’est la formation Suédoise Candlemass qui m’a ouvert l’esprit à cette branche plus glauque du Métal. Bien qu’ayant entendu parler de ce groupe Suédois depuis le milieu des années 80, ce n’est qu’en 2007 avec King of the Grey Islands que le déclic s’est fait et qui a fait de Candlemass une des entités musicales que j’affectionne particulièrement. Les riffs géniaux, de la pesanteur, du grandiose. Tout est présent dans la musique du groupe pour forger des albums épiques et incroyablement excellents.

La Chronosphère: Lundi 14 Septembre 2015
Candlemass – Emperor of the Void – 2007

Tags: