Skip to content

By Sinistros in La Chronosphère

legion-of-the-damnedLe Métal originel a eu une évolution fulgurante depuis ses premiers balbutiements vers la fin des années 70. De Hard Rock à Heavy Metal, le genre s’est ensuite divisé pour créer le Speed Métal qui a scindé en deux genres distincts, d’un côté le Power Metal plus épique et chevaleresque et de l’autre le Thrash Metal, sauvage et guerrier. Oublions les chevaliers et les contes de fées et concentrons-nous sur les sauvageons barbares. Le Thrash s’est ensuite divisé en deux autres parties, l’une très noire et froide qui est devenue le Black Metal et l’autre très brutale et brulante devenant le Death Metal. Chacun de ces genres a migré dans des sous genres qui forment aujourd’hui le Métal que l’on connait avec ses branches interminables. Alors que certains genres sont revenus à la mode, comme par exemple le Thrash originel, avec ses groupes se complaisant dans le copier/coller de ce qui a déjà été fait look inclus, d’autres tirent profit des racines pour améliorer et évoluer créant de nouvelles sonorités.

C’est le cas de Legion of the Damned des Pays Bas qui combine le Death et le Thrash en le saupoudrant d’une pincée de Black donnant ainsi un tout authentiquel et captivant. Originalement connue sous le nom de Occult, la formation donnait dans un Black/Thrash plus conventionnel jusqu’à son 5e album où le Black avait laissé sa place au Death Metal. Après la mort d’un des membres du groupe et voyant l’orientation musicale changer, il fut décidé de changer le cryptonyme pour Legion of the Damned. C’est avec Sons of the Jackal paru en 2007 que j’ai connu le groupe. J’ai instantanément accroché au riffs incendiaires et à la furie sauvage proposée sur cet album et les albums qui ont suivi. Fait curieux, après 5 sorties sous Occult et 6 sous Legion of the Damned, la formation demeure toujours quasi inconnue en Amérique du Nord malgré sa popularité en Europe.

La Chronosphère: Mardi 15 Septembre 2015
Legion of the Damned – Son of the Jackal – 2007

Tags: