Skip to content

Le petit Jérémy

22 juillet 2016
By Sinistros in Le Coup de Masse

Aujourd’hui je fais une entorse à mes habituelles chroniques culturelles mais je ne bifurques pas si loin du but premier de Hurlemort. Une nouvelle rubrique, Le coup de masse, voit le jour ce matin et lorsque la stupidité humaine poussera suffisamment loin le bouchon, je me prononcerai sur certaines choses issues de l’actualité qui méritent d’une part réflexion et de l’autre part un coup de masse monumental.

Et non, je ne parlerai pas du stupide phénomène Pokémon Go qui sévit depuis quelques semaines. Je ne trouvais pas ça assez stupide pour en parler et d’un autre côté ce phénomène fait sortir les accrocs aux jeux vidéos et au cellulaire. Non, aujourd’hui mon coup de masse va non seulement au petit Jérémy Gabriel mais aussi au jugement insignifiant qui a été rendu.

Pour commencer, le petit Jérémy Gabriel n’est plus petit. Il est rendu à 19 ans et il faudrait arrêter de le couver un peu. Ce n’est pas un attardé, il a le syndrome de Treacher Collins et ça ne l’empêche pas de fonctionner à ce que je sache. D’autre part, je n’ai jamais été un fan de Mike Ward trouvant son humour un peu trop cru et sans réel intérêt. Mais je ne me suis jamais offusqué de par ses propos et le fameux sketch du petit Jérémy, je l’ai ri et jamais je me suis posé la question à savoir si ce sketch portait préjudice ou non. Oui c’était un sketch assez raide mais pas pire que lorsque les Bleus Poudre traitaient Michèle Richard de truck à vidange et de truite mouchetée.

Le petit Jérémy va rester petit toute sa vie car il joue à la victime et s’assied sur sa différence pour faire pitié. Le petit Jérémy c’est un faible et il va malheureusement le rester à jamais, il vient de le démontrer avec cette poursuite qui ne veut absolument rien dire. Au lieu de se tenir debout, d’en rire plutôt que d’en pleurer, le petit Jérémy est en train de dire à tous ceux qui ont une différence qu’il faut vivre en marge des autres et se victimiser au maximum.

La liberté d’expression en a pris un coup au Québec. On peut être en désaccord avec les propos de Mike Ward mais pas au point de le museler avec une ridicule poursuite de 42 000$. Le petit Jérémy s’ennuyait possiblement des médias et un coup comme celui-là lui permet de revenir en avant plan pour mousser sa « carrière ». Carrière… Le petit Jérémy qui avait chanté pour le pape c’était bien « cute » mais n’empêche qu’il était « poche » avec sa petite voix stridente qui faussait sans bon sens. Il a grandi le petit Jérémy et sa carrière ne sera pas si « cute » que ça car veut veut pas, il va demeurer un chanteur poche et sans réel talent.

Mike Ward s’en va en appel. Je souhaite qu’il ait gain de cause dans cette pathétique affaire non seulement pour la liberté d’expression mais aussi pour dire à tout le monde que quajd tu joue à la victime, tu le demeure à tout jamais.