Skip to content

By Sinistros in Le Coup de Masse

Ma chronique de ce matin porte sur le professionnalisme au sein d’un groupe musical et des décisions qui surviennent à court et long terme lorsque ce professionnalisme est impossible à atteindre. Comme vous le savez, je suis un passionné de musique depuis pratiquement ma naissance. J’en ai gobé de la musique au fil des 47 dernières années, de tous styles, de plusieurs époques et j’en ai joué beaucoup. À partir des premières notes poussées sur un harmonica à l’âge de 3 ans, je n’ai jamais cessé de jouer de la musique sur plusieurs instruments.

J’ai eu ma première guitare à l’âge de 17 ans. C’était en avril 1987. Je m’en souviens car 2 mois plus tard je joignais un groupe qui existe toujours aujourd’hui. Depuis cette année 1987, j’ai fais partie de plusieurs entités musicales et côtoyé bon nombre de musiciens avec lesquels j’ai eu énormément de plaisir à apprendre et performer que ce soit juste pour le plaisir dans un local de pratique, sur scène ou en studio. Mon but en musique a toujours été très précis : Composer et jouer peu importe ce qui peut arriver, sans prétentions ni attentes. J’ai certes eu une vague d’espoir de vivre de cet art étant plus jeune mais j’ai rapidement réalisé que c’était impossible pour moi. Je n’aime pas me faire imposer la musique que je dois jouer et j’ai compris que je faisais de la musique uniquement pour le côté artistique de la chose, pour le plaisir de créer que ce soit bon ou mauvais. Je fais de la musique pour faire de la musique, pour moi en tout premier lieu. Tant mieux si des gens aiment, tant pis si c’est détesté.

Pour moi la musique c’est radicalement sérieux et jouer dans un groupe l’est d’autant plus. Chaque détail doit être pris en considération : De la performance à la présence sur scène en passant par l’imagerie, chaque parcelle de détail à une importance capitale qui sépare les amateurs des professionnels et ce même pour un groupe de sous sol qui débute. Mais les deux détails les plus importants qui sépare justement les amateurs des professionnels sont la modestie et l’attitude. Savoir où est sa place dans le processus d’évolution d’un groupe est primordial et l’attitude en dit long sur un musicien ou un groupe de musiciens. Une attitude de rock star, c’est chiant autant au sein d’un groupe qu’à l’extérieur du dit groupe.

Il y a un mois, j’annonçais mon départ de la formation Hellbörn dans un communiqué officiel publié uniquement sur ma page Facebook personnelle. Ce départ n’était pas de gaieté de coeur car j’avais mis 4 années d’efforts dans ce projet pour l’aider à atteindre l’échelon sur lequel il était rendu. Plusieurs facteurs qui ont mené à ma décision n’étaient aucunement du ressort public et n’ont pas été étalées dans ce communiqué de départ. J’ai voulu demeurer professionnel jusqu’au bout terminant même tous les engagements qui étaient au programme. Jamais il ne me serais venu à l’esprit de laver mon linge sale en public et de salir la réputation des autres membres du groupe, ça ne se fait juste pas et le public n’a pas à être au fait des problèmes internes d’un groupe.

Les problèmes internes de Hellbörn ne datent pas d’il y a un mois, ils sont présents depuis deux ans. Des frictions et des désaccords ont commencé à se manifester entre un des membres et moi laissant le troisième membre du groupe pris entre les deux. D’ordinaire j’aurais pris mes affaires et je serais parti mais je vieilli et possiblement que je m’assagis également. Si bien que par trois fois durant ces deux années, nous avons eu des discussions à propos de problèmes récurrents et par trois fois j’ai écouté les paroles sages du membre pris entre deux feux et j’ai ravalé ma pilule. J’ai pris ma « puff » comme il sait très bien me dire.

Les choses ont commencé à dégénérer à l’automne 2015. Il était si pressant de sortir un album pour éviter que le « public » oublie Hellbörn que des décisions se sont prises alors que je n’étais pas en accord. Ce qui devait au départ être une session studio pour la batterie uniquement s’est transformé en session quasi complète. La basse et la voix ont été ajoutées à l’horaire (gratuitement apparemment) et ce, même selon mon profond désaccord sachant très bien que le groupe n’était pas prêt à entrer en studio. Ce qui avait été convenu au départ n’avait pas été respecté. Je devais recevoir les pistes de batterie mixées et je m’occupais d’enregistrer toutes les autres pistes à notre rythme. Lorsque j’ai finalement reçu les pistes qui avaient été enregistrées, J’ai constaté que le preneur de son avait fait ce qu’on lui avait demandé et avait fait une très bonne job mais j’ai été tellement découragé par les performances que j’ai refusé d’enregistrer mes guitares là-dessus et ainsi prendre une pause pour l’enregistrement de l’album pour trouver des solutions.

Au début 2016, plusieurs spectacles se sont annoncés entre Février et Juin dans quelques villes du Québec. Des attitudes de rock star ont commencé à apparaître au sein du groupe et de nombreuses dissensions sont apparues au cours de ces mois. Les performances scéniques, bien que correctes, n’étaient pas à la hauteur de ce que l’on doit s’attendre d’un groupe et ce, spectacle après spectacle. Suite au dernier spectacle à Québec au début Juin, une décision devait être prise. Je n’étais plus à l’aise dans le groupe et les frustrations étaient devenues intolérables. Un des membres devait partir.

Lorsque j’ai annoncé mon départ du groupe au membre pris entre deux feux, j’ai eu comme réponse que c’était mieux pour le groupe et que c’était la bonne décision à prendre. J’étais loin de me douter que cette décision allait tourner en histoire dramatique. Dans le groupe, je composais 95% de la musique. Lors de mon départ, j’ai ramassé toutes mes affaires ainsi que toutes mes pièces dont celles qui étaient destinées à l’album en préparation. Comme je m’y attendais, j’ai reçu l’offre de poursuivre l’album et le groupe me paierait plus tard ma part sur les ventes du dit album. J’ai évidement refusé mais j’ai ouvert la porte à ce que cet album se termine sans le membre avec qui j’avais des frictions.

J’ai compris ce qui se passait lorsque j’ai eu un message d’une tierce personne qui me demandait pour quelle valeur monétaire j’étais prêt à vendre mes pièces. C’est là que j’ai su que cette personne avait investi une bonne somme d’argent dans l’enregistrement de l’album sans que je le sache. J’ai signifié que mes pièces n’étaient pas à vendre et que j’étais prêt à aller loin pour empêcher le groupe d’utiliser ne serait-ce qu’une seule partie issue de mes pièces.

Hier matin, je me suis étouffé avec mon café en lisant une missive présentant la nouvelle formation Hellbörn sur mon fil d’actualité Facebook. Je ne me suis pas étouffé à cause de l’annonce des nouveaux membres, au contraire je crois sincèrement que c’est un excellent choix et que la vision de Hellbörn sera poussée au maximum et les deux nouveaux guitaristes sont tout à fait indiqués pour contribuer à l’évolution du groupe. Non, ce qui m’a fait sursauter (et pas seulement moi en fait) c’est le petit paragraphe diffamatoire qui m’attaque directement : « Suite au départ nécessaire de l’ancien guitariste, moi et Barbas avons recherché un guitariste mieux qualifié que le précédent pour accomplir l’obscure vision de Hellbörn. » Descendre aussi bas pour se remonter, faut le faire! Quand je parle de professionnalisme, c’est un parfait exemple.

Hier soir j’ai eu une discussion emplie d’animosité avec celui dont je croyais être l’ami. Sur le pourquoi on me rabaisse de la sorte j’ai eu comme réponse que c’était de bonne guerre, que j’avais laissé le groupe dans la merde et que par MA faute, la personne qui a investi dans l’enregistrement avait perdu une bonne somme d’argent. Je suis donc devenu le méchant et le pourri de cette histoire parce que je n’ai pas voulu donner mes pièces et que durant les 4 dernières années j’ai voulu pousser la machine au maximum pour aller plus loin. Je reçois tous les blâmes mais en réalité ce sont trois individus qui ont contribué à ce qui arrive présentement.

Cette histoire je tenais à la raconter avant qu’il n’y ait des dérapages inutiles et de fausses informations. Je sais pertinemment que je suis très exigeant et qu’avec moi il faut que ça marche droit. Je sais reconnaître mes erreurs et mon erreur a été de rester deux ans de trop dans le groupe avec l’espoir que des changements surviendraient. Pour terminer je souhaite toujours bon succès et bonne continuité à Hellbörn et ses deux nouveaux membres.