Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

brujeriaBrujeria – Death Metal/Grindcore – Mexique
Pocho Aztlan – 2016
Nuclear Blast
8/10

Seize longues années séparent le nouvel album de Brujeria d’avec son prédécesseur. Pocho Aztlan arrive le jour de l’indépendance du Mexique avec ses paroles incisives envers le gouvernement et le trafic de drogues. On retrouve dans le groupe deux Britaniques de renom, Hongo et el Cynico qui sont nul autres que Shane Embury de Napalm Death et Jeff Walker de Carcass.

Pocho Aztlan est le premier et seul album de Brujeria dont je prends connaissance. J’avais certes entendu certaines pièces à Réanimation mais mes souvenirs de ce groupe sont relativement assez flous pour que je sois dans l’incapacité de comparer ce nouvel album avec ceux du passé. N’étant pas un fanatique de Grindcore, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre de la part de Brujeria et j’ai été agréablement surpris. Pocho Aztlan est très diversifié et surtout assez sauvage et pas gentil du tout.

Bien que le Death Metal soit en avant plan, on y recèle des influences diverses comme l’industriel avec les multiples échantillonnages ainsi que le punk pur et dur de par l’énergie qui se dégage tout au long de l’album. On joue beaucoup avec les textures de guitares et on mélange les voix gutturales avec des voix « clean », ce qui apporte des sonorités assez intéressantes. Point de vue composition c’est entrainant et assez efficace quoique pas très original en bout de ligne. Le fait de chanter en Espagnol rappelle grandement Asesino tandis que les riffs ont de fortes tendances Napalm Death.

Pocho Aztlan est tout de même un album qui s’écoute bien et qui rentre dans le tas. Ça frappe fort et c’est parfait comme ça!

Tags: