Skip to content

By Sinistros in Le Stéréopticon

rogue-one
Rogue One : A Star Wars Story – 2016
Science Fiction/Action/Aventure
Avec : Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn
Directeur : Garrett Edwards
Lucasfilms
9.5/10

C’est dans une salle pratiquement vide que j’ai vu Rogue One : A Star wars Story. C’est sûr qu’un Dimanche à 21h35, n’importe quel film ne remplira aucunement une salle surtout lorsque la température est pas de notre bord. Quoiqu’il en soit, je voulais absolument voir Rogue One à sa première fin de semaine à l’affiche pour ne pas avoir à attendre après Noël et me languir dans l’attente de son visionnement. C’est maintenant fait et je n’ai aucun regret!

Premier film à sortir de la franchise originale, Rogue One suscitait beaucoup d’attentes étant donné l’ampleur du contrat que s’est donné Disney : Celui de créer des « spin-off » anthologie entre chaque épisode de la troisième trilogie de la saga. Lucasfilm avait intérêt à ne point se planter et le pari a été gagné. Rogue One est une réussite sur toute la ligne et un classique film de Star Wars. Depuis l’annonce de la création film jusqu’à tout récemment, l’histoire tournait autour de la bande ayant volé les plans de l’Étoile de la Mort et selon ce que l’on avait entendu parler, le film s’insérait entre l’épisode III et IV. En fait, l’histoire de Rogue One se déroule tout juste avant l’épisode IV vraisemblablement à une ou deux journées avant la capture de Leia Organa par Darth Vader.

L’histoire en tant que tel est captivante et fort intéressante, on y apprends plusieurs points importants qui se retrouvent dans la trilogie originale. L’action ne maque pas, à vrai dire Rogue One est sans aucun doute le film de Star Wars qui brasse le plus en frais de batailles, d,explosions et surtout de morts. On y retrouve plusieurs planètes telles que Jedha, Scariff, Eadu et on retourne sur Yavin 4 en plein cœur de la base rebelle originelle présente dans l’épisode IV. Les prises de vues sont sensationnelles surtout au niveau des combats spatiaux et l’image en général est grandiose. Metion plus qu’honorable à la « résurrection » de Peter Cushing en CGI dans le rôle du Grand Moff Tarkin, c’est tout de même assez réussi compte tenu que les apparitions du Grand Moff sont nombreuses tout au long du film. Le film renferme de nombreuses surprises sous formes de caméos notamment avec Cornelius Evazan et Pondo Baba. Quelques personnages bien connus font leur apparition au cours du film réunissant les pièces du casse-tête pour nous faire comprendre de nombreux points disséminés dans la saga.

Rogue One est dores et déjà un classique à l’image de Empire Strikes Back et les prochains films anthologie augurent vraiment bien pour le futur. Garrett Edwards a fait un superbe travail et vient de mettre la franchise Star Wars là où elle devrait être. Ce film s’adresse avant tout aux vrais fans de la franchise compte tenu des nombreux indices et éclaircissements laissés au fil du film mais demeur un excellent divertissement pour tous ceux et celles qui sont moins maniaques. Rogue One:A Star Wars Story, c’est du grand Star Wars comme on l’aime!