Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

behold-th-monolith-architecBehold! The Monolith – Progressive DoomMetal – Etats-Unis
Architects of the Void – 2015
Independant
9/10

Certaines formations, nul ne sait pourquoi, demeurent obscures et méconnues malgré la qualité musicale offerte. Les sonorités y sont parfois pour quelque chose et peuvent être déroutantes pour les oreilles moins aiguisées. C’est très dommage pour le commun des mortels car parfois on passe à côté d’albums fort surprenants qui rivalisent avec les groupes de la grande ligue et plus souvent qu’à leur tour sont beaucoup plus intéressants que des grosses sommités bien établies.

J’ai découvert Behold! The Monolith en 2012 avec la sortie du deuxième album Defender, Redeemist avec son Stoner Doom très progressif. Je ne suis pas le plus grand fan de Stoner mais le mélange tantôt Doom, tantôt Prog m’avait beaucoup plu et l’album s’était placé en 15e position du top 50 2012 de Hurlemort.

2013 a été une année tragique pour la formation avec le décès du bassiste/chanteur Kevin McDade. Les deux membres restants se sont retroussé les manches en recrutant un nouveau chanteur et un nouveau bassiste et ce nouvel alignement a travaillé fort pour sortir Architects of the Void vers la fin Septembre 2015. Ce nouvel album est tout aussi caverneux et riche en sonorités diverses que l’album précédent mais les nouvelles pièces montrent un son beaucoup plus mature et plus fignolé.

D’emblée très Doom, on retrouve toutefois des rythmes et des sons empruntés à d’autres genres Métalliques comme le Thrash Metal et même à l’occasion peut-être des tendances Black Metal. C’est toutefois au niveau Progressif que le groupe se démarque. Il y a un petit quelque chose de Voïvod par bouts, notamment avec les tritons si caractéristiques à Piggy. Des similitudes avec le vieux Mastodon sont aussi présentes et le mariage de tous ces styles rends l’album captivant tout au long des 49 minutes proposées. Aucune longueur inutile, de la lourdeur oppressante, de la vitesse agressive, une technicité incroyable et sept pièces dignes des grands de ce monde.

Achitects of the Void est de loin supérieur à Defender, Redeemist et mérite amplement qu’on s’y attarde pour plusieurs écoutes.

Tags:

Comment Feed

No Responses (yet)

You must be logged in to post a comment.