Skip to content

By Sinistros in Le Stéréopticon

11.22.63 – Saison 1 – 2016
Drame / Mystère / Sci-Fi
Avec : James Franco, Sarah Gadon
Créateur : Bridget Carpenter
Warner Bros.
8/10

On m’avait grandement vanté la série 11.22.63 qui relate l’expérience d’un professeur de littérature faisant un voyage temporel hors du commun. Tirée d’un roman de Stephen King et produite entre autres par J.J. Abrams, cette série de huit épisodes nous plonge au cœur du Texas du début des années 60. James Franco joue le rôle de Jake Epping qui est mandaté par un vieil ami restaurateur de franchir les portes de sa réserve pour être propulsé en 1960 afin de contrer l’assassinat de JFK.

Difficile à convaincre, Jake Epping prends la décision de franchir la porte temporelle suite au décès de son ami. Ce dernier avait passé plus de deux en dans les années 60 et a laissé suffisamment d’éléments pour que Epping puisse tout reprendre à zéro et ainsi pouvoir mener sa mission à bien.

L’idée du voyage temporel est vraiment pas nouveau et dans celui-ci on a une impression de déjà vu un peu à la Back to the Future. Le livre de résultats sportifs futurs y est repris d’une certaine manière mais montre que les paris peuvent mener à des désagréments lorsque trop utilisés. La racaille existait aussi en 1960. Ceci dit, l’histoire générale est tout de même intéressante dans l’ensemble et tous les plans pour sauver Kennedy avec les histoires de communisme, de Russes, Lee Harvey Oswald, le FBI etc sont assez satisfaisantes en bout de ligne et offrent un contenu assez solide à la série. Les acteurs sont assez convaincants et la partie historique est assez fidèle. On revisite l’éternel scénario où lorque l’on change une parcelle du passé, le futur s’en trouve totalement changé. Ici, le fait d’avoir évité l’assassinat de JFK a des répercussions insoupçonnées…

Quelques points m’ont toutefois agacé au fil des huit épisodes. De un, la petite histoire d’amour typiquement Américaine est un peu trop rose et s’étire un tantinet. De deux, est-ce que les gens des années 60 étaient si crédules? Le gars vient du futur et les réactions de la copine et de l’acolyte ne sont pas très spectaculaires… C’est comme si c’était normal en 1960 de faire un saut temporel! Mais bon, si je fais fi de ces deux points, la série vaut quand même le détour et Stephen King pense pouvoir plancher sur une suite. C’est évidement à suivre!