Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

Overkill – Thrash Metal – États-Unis
The Grinding Wheel – 2017
Nuclear Blast
6.5/10

C’est avec The Grinding Wheel paru tout récemment que je réalise le pourquoi je n’ai jamais accroché sur Overkill. Je me pose même la question à savoir pourquoi diantre Bobby Ellsworth se demande comment se fait-il que son groupe ne fait pas partie du « Thrash Metal Big 4 ». Au fil du temps je me suis risqué à maintes reprises à écouter des albums de Overkill, sans succès. Rien à faire, je n’accroche absolument pas à ce groupe et je crois maintenant savoir pourquoi, The Grinding Wheel m’a possiblement apporté la réponse.

Avant de me faire lancer des roches, je dois dire ici que Overkill sonne bien et est dans la capacité de composer des chansons qui se tiennent et qui décapent. Les musiciens sont excellents, les pièces vraisemblablement accrocheuses, les arrangements tout de même bien orchestrés. Sauf que Overkill semble être resté accroché en 1985 et semble s’adresser au moi de l’époque, soit à un ti-cul de 16 ans. Les paroles sont assez insipides certes mais ce n,est pas la principale raison pour quoi je n’accroche toujours pas à Overkill malgré un album en béton.

En fait, Overkill c’est à part égale une partie de chaque groupe du Big 4. Un peu de vieux Metallica du temps de Kill’em All, un peu de Slayer des premiers albums, un peu de Anthrax et de Megadeth. Rajoutons à ça une bonne dose de Exodus et mettons en avant plan un clone issu de l’ADN de Udo Dirkschneider, de Biff Byford et de Steve Souza. C’est ça Overkill. Aucune espèce d’identité propre. On copie à droite et à gauche et on se targue d’être un groupe légendaire.

Les amateurs de Thrash vont adorer cet album car il est bien fait et représente fort bien le genre. Moi, je n’aime absolument pas et ça me tape royalement sur les nerfs. The Grinding Wheel m’a semblé être un album interminable rempli de pièces toutes aussi interminables et je vais me dompter pour le futur, Overkill c’est vraiment pas fait pour moi et est une royale perte de temps sonore.

Tags: