Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

Ce qui m’impressionne le plus dans le domaine musical, c’est un artiste qui crée des albums en faisant pratiquement tout lui-même. De la composition aux arrangements, en passant par l’instrumentation, l’enregistrement et le mixage, le Montréalais Herr Nox pousse même l’audace de créer toute l’imagerie esthétique autour de son projet, projet qu’il mène d’une main de maître.

Where Shadows Fade fait suite à son premier album Stargazer paru en 2018. Sur cet album, Herr Nox évolue en puissance et en richesse des textures musicales. Il puise dans les sonorités du Gothic Rock et l’Industriel des années 80, notamment au niveau de la basse saturée de « chorus » que l’on retrouve entre autres dans la musique de Sisters of Mercy et Type O Negative. Les claviers sont toujours en avant plan et on décèle dans ceux-ci une petite touche à la Gary Numan qui vient donner une atmosphère très New Wave aux pièces de l’album. Mais là où l’on nous prend le plus par surprise, c’est au niveau des structures étoffées qui semblent empruntées au Rock Progressif des années 70. Herr Nox nous en met plein les oreilles avec ce deuxième album, il nous fait reculer dans le temps avec les ambiances du passé mais est tout aussi incroyable avec les sons d’aujourd’hui, le tout est mélangé avec brio pour se forger une identité propre. La production est tout aussi incroyable que les pièces de l’album, ça sonne très large et c’est puissant!

Si vous ne connaissez pas encore Herr Nox, allez de ce pas écouter ce nouvel album, c’est une perle musicale qui se retrouvera dans le top 2021 de Hurlemort!

Composition : 9
Exécution : 9
Arrangements : 9
Production : 9
Appréciation : 9

Tags: