Skip to content

By Sinistros in L'Évolution Métallique

Après avoir congédié Udo, les membres restants de Accept ont pris la stupide décision de vouloir conquérir le marché Américain et du même coup d’engager un « nobody » Américain en guise de chanteur. Le résultat désastreux fut Eat the Heat, un album sans aucune inspiration qui sonnait le réchauffé simili Heavy Metal générique Américain avec des titres comme Prisoner qui auraient pu aisément faire partie d’une trame sonore d’un film des années 80 comme Flashdance ou autre connerie cinématographie du genre. A tournée qui s’en suivi fut quant à elle encore plus désastreuse que l’album lui-même car le « nobody » David Reece se prenait pour une diva et son abus de substances diverses et d’alcool ont tôt fait de provoquer des tensions au sein du groupe jusqu’à l’éclatement d’une bagarre avec Peter Baltes. Suite à cet incident, Wolf Hoffmann laissa tomber l’éponge et c’en fut terminé avec Accept. Morale de cette histoire : Quand tu as une recette gagnante et un groupe solide, ne jamais flancher pour l’appât du gain. Rester intègre est et sera toujours la meilleure solution pour n’importe quel groupe malgré vents et marées. Eat the Heat est un album à oublier dans la discographie de Accept et dans l’histoire Métallique tout court.

Tags: