Skip to content

By Sinistros in L'Évolution Métallique

Après un album discutable en tout points et un album tentative de sauver les meubles auprès de ses fans, Judas Priest était revenu en totale furie avec Painkiller en 1990. La pièce titre en ouverture d’album est devenu un classique instantané et une pièce référence pour le groupe de Birmingham. La troupe de Rob Halford n’avait pas dit son dernier mot mais ce serait de courte durée. L’inévitable arriva en 1992 lorsque Rob Halford prit la décision de quitter le légendaire groupe et fut remplacé par un « nobody » du nom de Tim Owens. Painkiller a été en quelque sorte le chant du signe pour Judas Priest, du moins celui de la belle époque où le groupe dominait en maître le monde du Heavy Metal mondial. Certes, le changement de chanteur et l’invasion du Grunge ont vraisemblablement refroidi les ardeurs de plusieurs à cette époque et i faudra attendre jusqu’en 2018 pour Judas Priest nous sorte un album digne de ce nom avec Firepower. Painkiller est devenu un incontournable du Heavy Metal et un des tops albums de la carrière de Judas Priest avec les Screaming for Vengeance, Defenders of the Faith, Stained Class et Hell Bent for Leather

Tags: