Skip to content

By Sinistros in L'Évolution Métallique

Le septième de Voïvod a marqué l’univers Métallique de bien des manières. The Outer Limits a laissé sa marque et son influence par la complexité et l’originalité de ses pièces, le groupe continuant sur sa lancée Progressive entamée avec Nothingface en 1989. Musicalement parlant, The Outer Limits était un genre de mélange entre les deux précédents albums avec les meilleures parties de ceux-ci tout en continuant d’évoluer et d’explorer de nouvelles avenues musicales comme Voïvod avait toujours fait d’album en album depuis les tout premiers jours. Cet album marque aussi l’absence de Blacky qui avait quitté le groupe avant la sortie de Angel Rat en 1991. Un bassiste de session avait été utilisé pour l’enregistrement de l’album et la tournée qui s’en suivi et ce Pierre St-Jean ne fera jamais partie officiellement du groupe. L’élément le plus marquant de ce septième album est qu’il sera le dernier album de Snake qui quittera Voïvod en 1994 avant de revenir une dizaine d’années plus tard. Ce fut également le dernier album d’une trilogie typiquement Progressive pour Voïvod qui explorera d’autres facettes musicales par la suite avec un nouveau chanteur/bassiste. L’héritage de Voïvod sur la scène Métallique mondiale était toujours au rendez-vous et The Outer Limits fut tout un album pour l’Évolution Métallique.

Tags: