Skip to content

By Sinistros in La Chronosphère

metallicaUn midi de Janvier 1984 l’ami Bob me traîne à la hâte à la bibliothèque. Ayant emprunté une table tournante « portative », nous allons dans un petit local. C’est à ce moment que cet énergumène me présente non pas une mais deux nouveautés qui allaient plus tard révolutionner la façon de faire du Heavy Metal. A voir les pochettes, les noms de groupes et leur logo respectif, l’allure des musiciens mais surtout les titres d’albums et de chansons, je sentais que je serais transporté dans un niveau beaucoup plus élevé de musique pas très gentille.

Dès les premières notes de « The Four Horsemen » avec ses guitares tranchantes et sa sonorité crue et sèche, j’ai compris que je venais de m’enfoncer plus loin dans les profondeurs de la musique « underground ». J’ai aussi compris que cet album qui résonnait dans mes oreilles allait diviser les amateurs de musique forte. Metallica, tout comme Def Leppard, s’est mérité ma théorie des 3 premiers albums. Suite au décès de Cliff Burton, cette formation allait changer au point de devenir le groupe le plus « vendu » de l’histoire du métal. Autant j’ai pu aimer les trois premiers albums qui m’ont énormément influencé, autant je peux détester ce que ces larrons sont devenus. Dans les années 80, Metallica était détesté par la majorité. Au tournant des années 90, cette majorité est tombée en amour avec l’album noir…

La Chronosphère: Jeudi 30 Avril 2015 – Riffs ’em All!
Metallica – The Four Horsemen – 1983

Autre texte écrit en 2012:

Kill ‘Em All a été pour moi, et vraisemblablement pour plusieurs autres Métalloïdes de cette époque, un album clé et surtout culte qui a fait évoluer le Métal de façon drastique avec sa rapidité et sa sonorité très crue et sèche. Les guitares incisives et la basse en avant plan ont carrément changé la façon de jouer et il est indéniable que Kill ‘Em All est l’album qui a révolutionné la musique puissante en devenant un pionnier du Thrash Metal.

Ma découverte de Metallica s’est faite le même midi où j’avais découvert Slayer, au début de Janvier 1984. C’est avec les premiers riffs de « The Four Horsemen » que mon initiation eu lieu et c’est cette même pièce qui solidifia mon allégeance pour la musique rapide et destructrice. Nous étions à une époque de grands bouleversements dans la manière de jouer et de composer, la scène Métal étant, contrairement à aujourd’hui, une scène à l’échelle mondiale avec ses groupes venant des quatre coins de la planète avec leurs sonorités distinctes.

Cette période de bouleversements a également eu un effet sur les amateurs. Lorsque le métal a commencé à changer pour devenir plus méchant et rapide, nous avons assisté à une séparation au sein de la communauté métallique. Certains ont préféré évoluer vers les profondeurs des abîmes, d’autre ont préféré stagner et rester conservateurs au Métal « mou » comme Scorpions. Il est d’autant plus ironique de constater que Metallica à cette période de sa carrière restait intègre de par sa conduite et sa musique et allait chercher les vrais fans de Métal pur et dur. Il a été plutôt triste de constater par la suite que les vrais fans de Metallica ont été abandonnés au profit des amateurs de Métal « mou ».

Reste que Kill ‘Em All ainsi que les deux parutions suivantes de Metallica demeurent encore aujourd’hui des incontournables du Métal qui ont influencé bon nombre de musiciens. La fin tragique de Cliff Burton en 1986 aurait dû mettre fin au groupe mais l’histoire en a décidé autrement.

Tags:

Comment Feed

No Responses (yet)

You must be logged in to post a comment.