Skip to content

By Sinistros in La Chronosphère

bérurier-noir1986 a été une année de grands crus niveau albums Métal. Voïvod avec RRRÖÖÖAAARRR, Slayer avec Reign in Blood, Metallica avec Master of Puppets pour ne nommer que ces célèbres classiques. Cette année a aussi été ma dernière en tant que que « Metalhead » aguerri. J’ai certes fait la découverte de quelques groupes supplémentaires avec d’excellents albums comme Dark Angel et son Darkness Descend ou Game Over de Nuclear Assault mais mon changement de cap vers le punk m’amenait de plus en plus à indéniablement délaisser le Métal.

Ma rencontre avec une formation Française de punk 100% pur et très minimaliste présentée à Radio Canada à l’émission 7 Heures Bonhomme a allumé une grosse lumière dans mon esprit. La sonorité étrange de Vive le Feu avec une guitare, un « beatbox » et des paroles en français contrastait énormément avec le classique alignement guitare, basse, batterie. J’ai compris que même sans virtuoses et sans artifices, un message pouvait être livré solidement uniquement armé d’un riff incendiaire. Bérurier Noir était le symbole même de la rébellion et du pouvoir de la jeunesse et c’est à cause ( ou grâce? ) à ce groupe légendaire que ma cassure avec le Métal s’est faite: Franche et nette.

La Chronosphère: Samedi 23 Mai 2015
Bérurier Noir – Vive le Feu – 1985

Tags: