Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

Combichrist – Industrial Metal – Norvège/États-Unis
One Fire – 2019
Out of Line
8,1/10

La formation Norvégienne Combichrist nous sert son neuvième album depuis sa création en 2003. One Fire reprends là où le groupe nous a laissés avec le précédent album en gardant la même formule industrielle métallisée.

Outre la très inutile reprise de California Uber Alles de Dead Kennedys, l’album comporte de très bonnes pièces martelantes avec des synthés lourds et des guitares abrasives. One Fire n’est certes pas le meilleur album de Combichrist mais réussi tout de même à nous rester accrochés du début à la fin. Comme toujours la production est irréprochable et l’énergie mécanique qui se dégage des pièces est assez convaincante pour que tout amateur de musique Industrielle puisse y trouver son compte. On tombe parfois dans le mélo dramatique comme dans The Other dont la lenteur et la mélancolie font pâle figure à la limite du pathétique, le groupe aurait aisément pu couper sur le nombre de pièces car l’album contient quelques remplissages squi pourraient devenir rapidement sans intérêt.

One Fire demeure un album décent qui contient suffisement de matériel pour plaire aux fans de la première heure ainsi qu’aux nouveaux fans.

Composition: 8
Exécution: 8
Ambiance: 8
Production: 8
Appréciation Générale : 7,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Mirror – Heavy Metal – Internationnal
Pyramid of Terror – 2019
Bad Omen Records
9/10

La formation Internationale Mirror vient tout juste de lancer son deuxième album, album qui deviendra un classique du Heavy Metal. Comme pour son prédécesseur, Pyramid of Terror offre amplement de sonorités caustiques et originelles pour faire du groupe un des grands du Heavy Metal traditionnel.

Bien assises sur une production classique comme dans le bon vieux temps, les compositions de Mirror rivalisent amplement avec celles de groupes biens établis comme Satan, Iron Maiden ou encore Judas Priest. Le groupe nous assomme à grands coups de guitares tranchantes et de riffs intelligents s’entremêlant d’une rythmique puissante et d’une voix large et présente rappelant celle de Klaus Meine. Ce nouvel album marque également un changement majeur dans l’alignement du groupe : De la formation originale il ne reste que Tas à la basse et Jimmy Mavrommatis à la voix. La formation compte deux nouveaux guitaristes et un nouveau batteur ce qui n’enlève absolument rien au son du groupe, au contraire, ceci semble rendre le groupe encore plus puissant et plus mature musicalement.

Les amateurs de Heavy Metal pur et dur de la belle époque apprécieront ce nouvel opus de Mirror qui se place parmi les grands du genre.

Composition: 9,5
Exécution: 9
Ambiance: 8,5
Production: 9
Appréciation Générale : 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Darkthrone – Black/Speed/Heavy Metal – Norvège
Old Star – 2019
Peaceville Records
8,3/10

Si vous ne connaissez pas encore Darkthrone il serait grand temps de vous y mettre, ne serait-ce que pour élargir votre culture musicale. Les pionniers du Black Metal sont de retour avec leur dix-huitième album en carrière, carrière qui a été somme toute plutôt constante durant les trente dernières années.

Old Star ne fait pas exception à ce que Darkthrone nous a livré au fil de ses albums : Un son très « Old School » qui rappelle Hellhammer/Celtic Frost et les débuts de Venom. Les instigateurs du « True Norwegian Black Metal » ont peaufiné leur son au fil des années intégrant même des éléments de pur Heavy Metal dans leurs dernières parutions. Sur Old Star, on renoue avec le Black Metal typique qui a fait la renommée du groupe avec des riffs sombres et épiques sur des tempos plus lents et plus étoffés. Ici la vitesse ne prime pas, on mise plutôt sur la finesse et les mélodies bien assises sur une production digne des meilleurs albums de Speed Metal des années 80.

Darkthrone ne signe pas ici son chef d’oeuvre mais perpétue l’oeuvre amorcée il y a plus de trente ans. Un très bon album pour les fans du groupe et un très bon commencement pour les néophytes.

Composition: 8,5
Exécution: 8,5
Ambiance: 8
Production: 8
Appréciation Générale : 8,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

The Lord Weird Slough Feg – Heavy Metal – États-Unis
New Organon – 2019
Cruz del Sur Music
8,4/10

The Lord Weird Slough Feg nous reviens cette année avec son dixième album depuis sa formation en 1990. Après avoir passé ls quatorze dernières années sous le nom de Slough Feg, le groupe reviens également à son nom originel. New Organon ramène aussi le groupe à ses sources avec son Heavy Metal étoffé et complexe.

Faisant largement oublier le décevant Digital Resistance, New Organon nous ramène le bon vieux The Lord Weird Slough Feg avec ses riffs intelligents qui rappellent Cirith Ungol et Iron Maiden des belles années et la voix unique de Mike Scalzi qui demeure le seul membre original de la formation. Ce nouvel album comporte de très bonnes pièces et assez de fougue pour plaire aux amateurs de vrai Heavy Metal de la vieille école et ce même si on dénote certaines faiblesses au niveau de la constance de l’album, ce dernier comporte quelques pièces de remplissage qui manquent un peu de conviction et d’inspiration, notamment sur la pièce Coming of Age in the Milky Way. La production manque un peu de punch mais elle sonne très années 80 ce qui ajoute un petit cachet « old school » à l’ensemble de l’album.

New Organon n’est certes pas le meilleur album du groupe mais il est loin d’être le pire. Les fans de la premières heure dont je fais partie y trouveront leur compte car cet album nous fais passer un très bon moment de pur Heavy Metal.

Composition: 8
Exécution: 9
Ambiance: 8
Production: 8,5
Appréciation Générale : 8,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Tronos – Progressive Groove Metal – International
Celestial Mechanics – 2019
Century Media
9/10

Il est toujours fascinant et intéressant de constater que des musiciens issus de groupes différents puissent nous concocter quelque chose qui sors de l’ordinaire du Métal moyen et proposer des structures et sonorités flyées. C’est le cas de Tronos, formation international qui mets en vedette Shane Embury (Napalm Death, Brujeria) et Dirk Verbeuren (Soilwork, Megadeth) ainsi que des invités spéciaux dont Sanke (Voïvod), Dan Lilker (Nuclear Assault, S.O.D, Brutal Truth), Troy sanders (Mastodon) et Billy Gould (Faith No More).

Dès les premières notes de l’album Celestial Mechanics, on sait que nous aurons affaire avec une musique peu commune aux sonorités riches et en idées disparates. Bien que le qualificatif Metal puisse être de mise, Tronos va beaucoup plus loin que ce simple fait. On emprunte des idées et textures issues du Post Punk, du Progressif, du Stoner Rock et bien d’autres sous genres. Tronos, c’est agressif, psychedelique et vaporeux et ce premier albyum prouve hors de tout doute que l’on peut encore innover dans le vaste monde métallique.

Certes, cet album n’est peut-être pas à la portée de toutes les oreilles car les structures musicales peuvent sembler un tantinet bizarres tout au long de l’album mais l’amateur de folie musicale devrait en apprécier toutes les nuances.

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 9
Production: 9
Appréciation Générale : 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Rammstein – Industrial Metal – Allemagne
Rammstein – 2019
Universal Music
8,3/10
L’irrévérencieuse formation Allemande Rammstein nous revient après une absence de dix ans avec son septième album tout simplement intitulé Rammstein. Étant un amateur de sonorités flyées et un fan inconditionnel des mélanges musicaux, je suis à nouveau servi avec ce nouvel album de Rammstein qui est rempli de sonorités diverses et fort intéressantes tout au long de l’album.

L’album commence en force avec trois pièces dans la plus pure tradition de Rammstein avec des riffs acérés et une rythmique mécanique qui cogne dur. Deutschland, Radio et Zeig Dich se succèdent donc en donnant l’impression que cet album sera flamboyant et agressif à souhaits. Toutefois, Auslander donne dans des sonorités plus disco en mettant l’emphase sur les claviers à saveur plus new wave et même si cette pièce est correcte, elle tombe dans la monotonie un brin. Même chose pour Sex qui a des relents de Depeche Mode et son Personnal Jesus. Bref, une pièce plus que moyenne qui passe assez inaperçue. Puppe est beaucoup plus intéressante avec son mid-tempo lourd et ses sonorités angoissantes mais le reste de l’album est plutôt calme et manque de vivacité.

Même si Rammstein n’a pas perdu ses repères et ses sonorités, ce nouvel album est loin derrière les Reise, Reise, Mutter ou Sehnsucht. Il plaira sans doute tout de même aux fans finis car ça reste du vrai Rammstein.

Composition: 8,5
Exécution: 8,5
Ambiance: 9
Production: 9
Appréciation Générale : 7

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Valborg – Avant-Garde/Doom Metal – Allemagne
Zentrum – 2019
Lupus Lounge
8,5/10

Le trio Allemand Valborg nous offre son septième album intitulé Zentrum. J’avais découvert la formation avec le précédent album, Endstrand, paru en 2017. J’avais accroché à la formation et la venue d’un nouvel album me réjouit quand même pas mal.

D’entrée de jeu, Valborg n’est pas pour toutes les oreilles car le style minimaliste et sauvage pourrait en dérouter plus d’un. Zentrum est la suite directe à Endstrand où se poursuivent les sonorités mécaniques aux influences industrielles avec les relents Black Metal par moments. Les pièces de ce nouvel album sont un peu moins colorées que sur le précédent album mais l’atmosphère glauque et post apocalyptique est toujours bien ancrés dans la musique de Valborg. Quelques similitudes avec Voïvod sont également présentes surtout au niveau des structures musicales et des accords atonaux ce qui n’est pas pour me déplaire! Le groupe explore également certaines sonorités issues du post-punk et le chant en Allemand apporte une dimension très crue et pas gentille aidant à rendre la musique du groupe plus angoissante. La production est une fois de plus une réussite, ça sonne et c’est puissant.

Les amateurs de musique minimaliste et répétitive vont adorer ce nouvel album. Pour ma part, je vais reculer dans la discographie du groupe pour me faire une meilleure idée sur son cheminement musical.

Composition: 8,5
Exécution: 8,5
Ambiance: 8,5
Production: 9
Appréciation Générale : 8

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Possessed – Death/Thrash Metal – États-Unis
Revelation of Oblivion – 2019
Nuclear Blast
8,7/10

La légendaire formation Possessed est de retour avec un troisième album en carrière, album qui sort 33 and après le deuxième album, Beyond the Gates paru en 1986. Jeff Beccera fait revivre Possessed depuis 2007 avec des spectacles ici et là au grand plaisir de fans, vieux ou jeune. A la surprise générale, le groupe nous pond ce troisième album et malgré le « hype » qu’il peut susciter, j’ai évidement jeté une oreille pour la curiosité.

Et bien, contre toute attente, je dois avouer que c’est assez réussi! C’est du Possessed pur et dur comme à l’époque avec le même type de riffs et la même rythmique, on a même droit au son de batterie de l’époque. La production est évidement beaucoup plus léchée que les productions des années 80 ce qui aide à rendre justice aux pièces. La voix de Jeff Beccera n’a pas vraiment changé, toujours le même timbre granuleux mais avec plus de puissance et de profondeur. Même si Possessed ne ré-invente pas la roue avec cet album, il n’en demeure pas moins que c’est la suite logique à Beyond the Gates, c’est très bien fait et ça varlope pas mal.

Ma curiosité maintenant piquée, je ne peux que vous conseiller d’écouter Revelations of Oblivion qui plaira aux vieux bonhommes nostalgiques comme moi et aussi aux jeunes de la nouvelle génération Thrash.

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 8,5
Production: 9
Appréciation Genérale : 8,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Sabbath Assembly – Occult Rock – États-Unis
A Letter to Red – 2019
Svart Records
8,7/10

Sabbath Assembly nous offre son septième album en carrière. Intitulé A Letter to Red, ce nouvel album marque un retour aux sources pour le groupe. On délaisse le côté progressif pour conserver des sonorités plus 70’s rock.

Ce changement de cap du groupe apporte son lot de curiosité et de questionnements. Bien que l’album soit à la hauteur de ce que le groupe nous a habitué par le passé, il est un peu plus faible que les deux parutions précédentes. Jamie Myers nous offre encore une fois sa voix chaude et puissante mais la complexité des compositions a diminué de façon considérable, le groupe a choisi de diminuer les envolées spectaculaires pour se concentrer sur les riffs efficaces et accrocheurs. Les sonorités flyées et la mélancolie sont toujours présentes et la puissance du groupe n’a pas perdu de sa ferveur, la production est beaucoup plus fluide et claire que sur les précédentes parutions ce qui enlève un peu le charme et les sonorités granuleuses qui forgeaient le son de Sabbath Assembly.

A Letter to Red est néanmoins un très bon album de Hard Rock à la sauce 70’s, cet album plaira aux fans de la première heure sans aucun doute.

Composition: 8,5
Exécution: 9
Ambiance: 8,5
Production: 9
Appréciation Générale : 8,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Vltimas – Blackened Death Metal – Internationnal
Something Wicked Marches In – 2019
Season of Mist
9,1/10

Que se passe t-il lorsque l’on réunit David Vincent, Rune Eriksen et Flo Mounier? Une bombe musicale allaint Black Metal et Death Metal dans les plus pures traditions et un super groupe explosif nommé Vltimas.

C’est à grands coups de riffs étoffés et de rythmique martelante que Vltimas nous offr un premier album qui décoiffe et dévaste tout sur son passage. David Vincent nous livre une perforamnce vocale des plus percutantes et le niveau de composition est surprenant, Morbid Angel peut aller se rhabiller, Vincent fait ici un immense pied de nez à Trey Azagthoth. La production est une réussite à tout points de vue, l.album sonne et ça aide à rendre les pièces encore plus puissantes. Signe que cet album en est un de taille, les 38 minutes et les neuf pièces passent très rapidement, aucun moment de faiblesse ni de remplissage inutile, que de l’excellence d’un bout à l’autre.

Pour ceux qui doutaient encore de David Vincent, rassurez-vous il est encore présent et en pleine forme. Un excellent album qui sera haut dans les tops de 2019.

Composition: 9
Exécution: 9,5
Ambiance: 9
Production: 9
Appréciation Genérale : 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Vorga – Black Metal – Allemagne
Radiant Gloom – 2019
Indepoendant
8,3/10

Vorga est une toute jeune formation Allemande fondée en 2016. Oeuvrant dans un créneau Black Métal près des origines, le groupe nous offre son premier EP intitulé Radiant Gloom paru de façon indépendante cette année.

Dès les premières notes de The Black Age on sait que nous aurons droit à de la musique de qualité avec une excellente production. Le quatuor est assez habile avec les riffs froids et a une très bonne maîtrise des instruments. Niveau composition, c’est très professionnel, on entends des relents de Immortal et même de Necrophobic au fil des quatre pièces de l’album tout en ayant une signature propre et une sonorité riche en textures. Le groupe mise sur une rythmique mid-tempo avec des mélodies bien ficelées.

Vorga signe un très bon premier effort, le groupe sera à surveiller de près pour la prochaine sortie. Si vous aimez le Black metal froid et sombre, Radiant Gloom est pour vous!

Composition: 8,5
Exécution: 8,5
Ambiance: 8
Production: 8,5
Appréciation Générale : 8

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Rotting Christ – Melodic Black Metal – Grèce
The Heretics – 2019
Season of Mist
8,8/10

Rotting Christ est l’une de ces formations qui ne font pas les choses à moitié. Le groupe a toujours un quelque chose de différent à proposer d’album en album et se ressource assez régulièreement. Ayant d.buté sa carrière comme étant un groupe mélangeant le Grind et le Black Metal, les Grecs ont par la suite adopté une approche plus Gothique avec des albums comme Theogonia, Aelo ou Kata Ton Daimona Eaytoy pour revenir à un son plus près du Black Metal avec Rituals.

Treizième album du iroupe, The Heretics reprends exactement là où Rituals nous avait laissés en 2016 avec une musique répétitive et hypnotique alliant riffs mordants et lenteur vaporeuse. On reprends les rituels en y ajoutant une dose plus majestueuse et invocatrice tout en gardant l’essence même de Rotting Christ. The Heretics est un peu moins percutant que son prédécesseur mais concserve tout le charme et les textures sonores propres aux habitudes du groupe depuis les cinq ou six derniers albums. Rotting Christ garde toujours son cap en nous offrant l’excellence sonore et des textures musicales grandioses. Ici on a droit à des sonorités un peu médiévales avec des choeurs rappelant les chants grégoriens avec un soupçon d’éléments folk aux tendances païennes, ce qui n’est pas pour me déplaire.

The Heretics est une excellente offrande de la part de Rotting Christ, plus lente que d’habitude mais toujours aussi majestueuse. Un album qui plaira aux fans du groupe sans aucun doute!

Composition: 8,5
Exécution: 9
Ambiance: 9
Production: 9
Appréciation Générale : 8,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Malevolent Creation – Death Metal – États-Unis
The 13th Beast – 2019
Century Media
8,1/10

Le monde du Death Metal est devenu très vaste au fil des décennies et comporte d’innombrables groupes ayant fait leur marque depuis les débuts de ce sous-genre métallique à la fin des années 80. Les Floridiens de Malevolent Creation en sont à leur treizième album en carrière et la fondation du groupe datant de 1987 en fait l’un des pionniers du genre.

The 13th Beast s’inscrit dans la lignée de ce que le groupe nous a habitués d’album en album durant les 32 dernières années en maintenant toujours le cap avec la même agilité et le même genre. Ce nouvel album ne comporte pas de réelle surprise, onze nouvelle compositions taillées dans le même Métal que les précédents albums sans aucun changement de direction. Certains diront que c’est parfait comme ça mais en bout de ligne répéter le même album sortie après sortie peut relever de la redondance pure et dure. La production est très bonne et le niveau de composition est toujours aussi élevé, c’est du très bon Death Metal de la vieille école qui plaira aux fans de la première heure.

En résumé, The 13th Beast sonne comme tous les autres albums du groupe et sonne comme tous les groupes du même genre. Pas d’innovation ou d’idées nouvelles mais ça reste efficace et bien fait.

Composition: 8
Exécution: 8,5
Ambiance: 7,5
Production: 8,5
Appréciation Générale : 8

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Front Line Assembly – Industrial – Canada
Wake Up the Coma – 2019
Metropolis Records
8,5/10

Wake Up the Coma marque la sortie du 19e album studio de la formation Canadienne Front Line Assembly. Le Duo de Bill Leeb et Rhys Fulber en est une pionnière du genre, le duo oeuvrant dans cette cscène depuis plus de trois décennies. Bill Leeb a même fait partie de la légendaire formation Skinny Puppy à ses débuts sous le pseudonyme de Wilhelm Shroeder.

Ce nouvel album respire une fois de plus la marque de commerce de FLA, lourdement axé sur les claviers et sonorités diverses apportant tantôt des éléments atmosphériques et vaporeux, tantôt un martèlement continu où l’agressivité et la puissance sont à l’honneur. Mis à part la pathétique reprise de Rock Me Amadeus, la majorité des douze pièces de l,album sont efficaces et renferment de bonnes idées. On sent un essoufflement dans les compositions, possiblement dû à un manque d’inspiration par moments. Comme toujours, la production est excellente et rends justice au travail de Bill Leeb. L’album comprends également des invités surprises de taille dont Robert Gorl (DAF), Nick Holmes (Paradise Lost, Bloodbath) et Chris Connelly (Revolting Cocks, Ministry) qui apportent un petit plus à leur pièce respective.

Wake Up the Coma n’est pas un Gashed Senses & Crossfire ou un Tactical Neural Implant mais un album correct qui s’écoute plutôt bien malgré l’horripilante reprise de Falco dont on se serait totalement passé.

Composition: 8,5
Exécution: 8,5
Ambiance: 8,5
Production: 9
Appréciation Générale : 8

Tags:

By Sinistros in Non classé

The Claypool Lennon Delirium – Psychedelic Rock/Experimental – États-Unis
South of Reality – 2019
ATO Records
9,7/10

Deuxième album studio pour The Claypool Lennon Delirirum qui pousse ici beaucoup plus loin la folie et l’expérimentation musicale qui avaient été engendrées sur Monoltih of Phobos en 2016. Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec ce projet, la réponse à votre question c’est oui, il s’agit bien d’un prijet avec Les Claypool de Primus et Sean Lennon, fils de vous savez qui.

Sur South of Reality, le duo se partage une fois de plus l’instrumentation, les voix et la production. Sean Lennon prenant la guitare comme instrument principal et Les Claypool la basse, les deux jouant le reste des divers et nombreux instruments au fil des pièces. J’avais déjà mentionné par le passé que ce projet était un genre de clash entre The Beatles et Primus mais c’est beaucoup plus que ça. Le duo nage en plein délire psychédélique et très progressif et bien que certains éléments sonores provenant des Sgt. Peppers ou Revolver, les deux comparses puisent à même la source Progressive pour élaborer des pi`ces complexes et riches en sonorités diverses. Les King Crimson, Pink Floyd et autres sommités des années 70 font partie intégrante du son global de The Claypool Lennon Delirium, les arrangements étant époustouflants et les ambiances complètement disjonctées! Il est intéressant d’entendre le fruit de la rencontre de deux génies musicaux semblant à l’opposé l’un de l’autre, nous connaission déjà la qualité musicale de Claypool, mais celle de Lennon n’était à peu près pas connue, le fils de l’autre a autant de talent que son paternel et a un petit quelque chose de tordu provenant de sa mère créant ainsi un mélange explosif de sonorités et d’idées riches en couleurs!

South of Reality est supérieur à son prédécesseur et c’est un album que tout amateur de musique progressive et hors normes se doit d’écouter. Le début de 2019 était un peu mou en sorties jusqu’ici mais avec ce deuxième album, The Claypool Lennon Delirium vient rectifier le tir!

Composition: 9,5
Exécution: 10
Ambiance: 9,5
Production: 9,5
Appréciation Genérale : 10

Tags: