Skip to content

By Sinistros in Le Gramophone

Die Klute – EBM/Industrial Metal – International
Planet Fear – 2019
Cleopatra Records
7,3/10

Die Klute est un tout nouveau projet Industriel Métal dans lequel on retrouve Dino Cazares de Fear Factory, Jurgen Engler de Die Krupps et Claus Larsen de Leather Strip. Ce projet est totalement axé sur les claviers et le martèlement typique associé à la musique industrielle, donc une musique très mécanique et saccadée.

Dès les premières mesures de l’album, nous savons à quoi nous aurons affaire, le son de die Krupps est très présent et c’est un peu malheureux dans un sens car Die Klute est une copiè/collé de Die Krupps en moins percutant et moins original. La présence de Dino Cazares se perd complètement dans l’océan de claviers minimalistes ce qui enlève un intérêt total pour un Métalleux recherchant avant tout les sonorités à la Fear Factory. Bien que comportant de très bonnes idées, celles-ci ont été surexploitées par le passé et Planet Fear sonne le réchauffé sur la majeure partie de l’album.

Ce premier album comporte toutefois de bonnes pièces mais ce n,est pas suffisant pour crier au chef d’oeuvre. Planet Fear ne se hissera pas au sommet avec les pionniers du genre mais demeure tout de même écoutable du début à la fin.

Composition: 7,5
Exécution: 7
Ambiance: 7
Production: 8
Appréciation Genérale : 7

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Legion of the Damned – Death/Thrash Metal – Pays-Bas
Slaves of the Shadow Realm – 2019
Napalm Records
8,5/10

L’annonce d’un nouvel album de la part de Legion of the Damned est toujours longue dans mon cas. Ce groupe provenant des Pays-Bas entre dans ma liste de groupes favoris tous styles confondus et je ne suis jamais déçu d’album en album.

Hormis Feel the Blade qui est une ré-édition du dernier album de Occult, Legion of the Damned en est à son sixième album studio et avec Slaves of the Shadow Realm, le groupe poursuit avec puissance ce qu’il entretient depuis des lustres. Bien que le groupe n’ait pas changé d’un iota depuis ses débuts en tant que Legion of the Damned en 2005, il n’en demeure pas moins qu’il est encore en mesure de nous livrer de la musique de haut calibre sans baisser d’intensité. Les membres du groupe ont toujours misé sur la simplicité et la force brute, ici pas d’incursions dans le monde du ultra technique, d’excellents riffs simples et bien ficelés reposant sur une force de frappe explosive. Les compositions sont brillamment construites et même si le groupe œuvre dans un Death/Thrash commun, l’originalité du son et la manière de rendre les pièces est unique au quatuor. Sur ce nouvel album on garde toujours le cap avec une musique crue et franche en misant plus sur les riffs que sur les ambiances, il faut que ça cogne dur et que ce soit dans ta face.

Une autre très belle réussite pour Legion of the Damned avec un album qui frappe là où ça fait mal. Grimpez le volume et faites vous aller la touffe!

Composition: 9
Exécution: 8,5
Ambiance: 8
Production: 8,5
Appréciation Genérale : 8,5

Tags:

By Sinistros in Non classé

Bonne année 2019 à tous!

De légers changements seront apportés cette année au niveau des critères et des notes données aux albums. La partie « Originalité » sera maintenant imbriquée dans la section « Composition ». Une nouvelle section voit aussi le jour afin de permettre de répartir un peu mieux les notes pour ainsi atteindre un résultat final plus près de la vérité. Donc, la section « Appréciation personnelle » viendra égaliser de façon plus juste le total des notes qui seront toujours sur une échelle de 10. Les notes seront toujours attribuées à la musique uniquement. L’aspect paroles et graphique ne seront pas pris en compte comme par le passé. En nous souhaitant une année de grand crûs!

Tops 2018

29 décembre 2018
By Sinistros in Non classé

01-Voïvod – The Wake
02-Sigh – Heir To Despair
03-Augury – Illusive Golden Age
04-Loreena McKennitt – Lost Souls
05-Behemoth – I Loved You at Your Darkest
06-Voices – Frightened
07-Ghost – Prequelle
08-The Monolith Deathcult – Vergelding – Dawn of the Planet of the Ashes
09-Tribulation – Down Below
10-Ihsahn – Ámr
11-Thy Catafalque – Geometria
12-Satan – Cruel Magic
13-Masters Hammer – Fascinator
14-Rivers of Nihil – Where Owls Know My Name
15-Lucifer – Lucifer II
16-Sadist – Spellbound
17-Nightmarer – Cacophony of Terror
18-Magister Dixit – Their blood, Their sweat, their tears
19-The Antichrist Imperium – Volume II Every Tongue Shall Praise Satan
20-Immortal – Northern Chaos Gods
21-Radiant Knife – Science Fiction
22-Anaal Nathrakh – A New Kind of Horror
23-Age of Taurus – The Colony Slain
24-Herr Nox – Stargazer
25-Necrophobic – Mark Of The Necrogram
26-Ministry – AmeriKKKant
27-At the Gates – To Drink from the Night Itself
28-Spiral Skies – Blues For A Dying Planet
29-Iron Void – Excalibur
30-Black Tusk – TCBT
31-Weedpecker – III
32-Arkona – Khram
33-Frank X – From Planet X
34-Endarken – Tvoj je hram u srcu mom
35-Varsovie – Coups Et Blessure
36-Orange Goblin – The Wolf Bites Back
37-Sear Bliss – Letters From The Edge
38-Deicide – Overtures Of Blasphemy
39-Krisiun – Scourge Of The Enthroned
40-Uncle Acid and the Deadbeats – Wasteland
41-Bloodbath – The Arrow of Satan is Drawn
42-Bane – Esoteric Formulae
43-Watain – Trident Wolf Eclipse
44-Spirit of Rebellion – 2018 – The Reign of Denial
45-Ost+Front – Adrenalin
46-Voidhanger – Dark Days of the Soul
47-Iron Angel – Hellbound
48-The Konsortium – Rogaland
49-Chthonic – Battlefields of Asura
50-Unleashed – The Hunt For White Christ
51-Crescent – The Order of Amenti
52-Replicant – Negative Life
53-Ribspreader – The Van Murders, Pt. 2
54-Candlemass – House of Doom
55-Brimstone Coven – What Was And What Shall Be
56-Summoning – With Doom We Come
57-Judas Priest – Firepower
58-Strigampire – One Fix, Nine Clouds & Six Feet Deep
59-ASG – Survive Sunrise
60-U.D.O. – Steelfactory

By Sinistros in Le Gramophone

The Monolith Deathcult – Industrial Death Metal – Pays-Bas
V2 – Vergelding: Dawn of the Planet of the Ashes – 2018
Human Detonator Records
9,5/10

Il y a de ces groupes qui vous surprennent de par leur ingéniosité musicale et de par leur puissance. J’ai fais la connaissance de The Monolith Deathcult avec l’album Tetragrammaton en 2013 et je puis affirmer haut et fort que ce groupe fait partie de la catégorie mentionnée en début de texte. Bien que le mini album ayant suivi était plutôt fade, le groupe s’était très bien reprisavec V1 – Versus en 2017 et récidive de façon magistrale avec V2 – Vergelding cette année.

En partant, si vous n,aimez pas les claviers et la musique mécanique, passez votre chemin car The Monolith Deathcult s’inscrit dans la pure tradition de la musique Industrielle Métallique. A cheval entre Die Krupps et Fear Factory et Samael, la musique de The Monolith Deathculth a ce gros plus qui fait d’un band un band moyen ou extraordinaire. Le Death Metal est très présent mais le côté mécanique l’est tout autant, comme une version Death des pionniers Ministry incluant les échantillonnages, les riffs mordants et la rythmique réglée comme une horloge. Le groupe nous transporte une fois de plus dans un univers mécanique où s’entremêlent la douceur de la musique symphonique avec la brutalité du Death Métal tout en incorporant des passages électroniques à la limite du progressif par moments.

Ce nouvel album est une réussite sur toute la ligne et finit bien l’année 2018. Un album qui se retrouvera bien haut dans les tops de l’année.

Composition: 9,5
Exécution: 9,5
Ambiance: 9,5
Originalité: 10
Production: 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Chthonic – Melodic Black/Dath/Folk Metal – Taiwan
Battlefields of Asura – 2018
Ciong Zo
8,6/10

Suite à la sortie de l’album Bù-Tik en 2013, Freddie Lim avait fondé son propre parti puis élu au gouvernement Taiwannais. Il aura fallu cinq ans pour voir la sortie d’un nouvel de Chthonic, ces derniers nous offrant son huitième album si on fait fi de l,album accoustique paru en 2014.

Battlefields of Asura s’inscrit dans la lignée des albums de Chthonic en nous offrant une fois de plus des compositions solides et originales où s’entremêlent Black et death Metal mélodqiue avec des éléments plus Progressifs. Comme à son habitude, Chthonic met l’emphase sur la musique traditionnelle de son pays en incorporant des sonorités et des instruments issus de ce folklore musical. Ajointons à tout ceci une bonne dose de symphonique, de la rapidité et beaucoup de mordant et vous obtiendrez le son unique du groupe. Ce nouvel album ne réinvente aucunement le style de Chthonic et même si cet album est un peu plus faible que Takasago Army et Bù-Tik, il n’en demeure pas moins très bon et au dessus de la moyenne.

Chthonic supplante une fois de plus certaines grosses pointures du genre et se classe encore une fois parmi les grandes formations symphoniques du monde Métallique.

Composition: 8,5
Exécution: 9
Ambiance: 8
Originalité: 8,5
Production: 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Sadist – Progressive Death Metal – Italie
Spellbound – 2018
Scarlet Records
9,2/10
Spellbound est le huitième album de la formation Italienne Sadist qui continue sur sa lancée d’excellence musicale. Une fois de plus, Sadist nous plonge dans un univers sonore fascinant dans lequel s’entremêlent Death Metal Technique puissant et Progressif des origines.

Bien que la production de Spellbound soit un peu plus floue que sur Hyaena, les onze pièces présentes sur l’album ont été composées de main de maître avec une exécution assez phénoménale. Une fois de plus l’aljout de claviers aux sonorités ambiantes vient parfaire le mélange Death Progressif du groupe en adoucissant certains passages et revenir en force avec une puissance de frappe hors du commun. Bien que le style du groupe a de forts penchants Death Metal inspiré de Death et Atheist, on retrouve de fortes influences du Prog Italien comme RDM et PFM avec quelques parcelles de Jazz tout au long de l’album. Bref, un excellent mélange de technicité et de brutalité.

Spellbound se retrouvera dans les tops albums de l’année, un album que je coseille fortement aux fans de musique éclatées et hors des standards pré-établis.

Composition: 9,5
Exécution: 9,5
Ambiance: 9
Originalité: 9
Production: 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Sigh – Avant Garde Metal – Japon
Heir to Despair – 2018
Spinefarm Records
9,7/10

Bien qu’initialement ayant débuté en tant que formation Black Metal, Sigh s’est aventuré vers des contrées plus éclatées musicalement au fil des albums. Imaginary Soundscapes avait ouvert la voie vers des textures musicales fort différentes en 2001 et depuis le groupe Japonnais ne cesse de nous étonner au gré de ses sorties d’albums.

Le nouvel album, Heir to Despair, ne fais aucunement abstraction des précédentes parutions poussant même la folie encore plus loin. Attention, Sigh est un groupe difficile d’accès si vous préférez demeurer dans certains standards sonores car ici on a affaire à une pure défonce musicale qui redéfinit les barrières. Bien que très Métal, Sigh jongle avec divers types d’instrumentations et de styles musicaux passant de la musique de films d’horreur des années 60 et 70 à du Rock and Roll pur et dur ajoutant des éléments Progressifs parfois Jazzy, parfois plus Funk. On jongle également avec tous les styles de Métal, Black, Death, Heavy, Power, Thrash et j’en passe. Bref, de la musique éclatée pour ceux qui sont ouverts d’esprit. Le nouvel album renferme neuf pièces dans la plus pure tradition de Sigh avec des riffs et des sonorités plus déments que jamais et jouissant d’une production en béton armé.

Un nouvel album qui plaira aux fans du groupe dont je fais partie. Un albumn qui se retrouvera très haut dans la liste des tops 2018.

Composition: 10
Exécution: 10
Ambiance: 9,5
Originalité: 10
Production: 9

Tags:

By Sinistros in Non classé

Herr Nox – Alternative Rock/Gothic Rock – Canada
Stargazer – 2018
Independant
9/10

Herr Nox nous arrive avec son premier album solo intitulé Stargazer, un album fort différent de ce qu’il a pu faire avec The Astroplex et Daedalean Complex. J’ai eu la chance de mettre la main sur cet album de la part de Herr Nox lui-même et après plusieurs écoutes de Stargazer, je suis tombé sous le charme de cette musique sombre et envoûtante.

Bien que certaines sonorités Métal soient présentent, le son général de l,album renferme plusieurs idées issues de différents mouvements et différentes époques. Les claviers sont à l’avant plan et les guitares un peu plus effacées donnant une certaine ambiance mécanique tout au long de l’album. I lfaut avoir un esprit ouvert pour s’aventurer dams la musique de Herr Nox, le Métalleux moyen risque de s’y perdre un peu car ici on touche à des instrumentations provenant tantôt du Post Punk et Synthpop, parfois du Black Metal et même du Progressif par moments. Les sons et idées qui se dégagent de l,album sont assez difficiles à catégoriser mais on pourrait aisément affirmer que des relents de Depeche Mode et Chameleons se font entendre au fil des pièces avec des passages rappelant Ihsahn et Arcturus. Un mélange très homogène de beaucoup de choses, d’instruments et d’idées dans lequel Herr Nox nous livre son talent pour la composition et arrangements avec brio et puissance.

Stargazer comprends huit pièces habilement ficelées avec une production sans faille. Du vrai travail de pro! Seul petit bémol : l’album passe tellement vite qu’on reste en suspend lorsqu’il est terminé.

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 9
Originalité: 9
Production: 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Bane – Melodic Black/Death Metal – Serbie
Esoteric Formulae – 2018
Black Market metal label
8,8/10

Provenant de la Serbie mais maintenant établi à Montréal, la formation Bane avec à sa tête Branislav Panić nous offre son troisième album, Esoteric Formulae. Cet album est ma première incursion dans le monde musical de bane et je dois dire que je ne suis pas déçu, même que je suis étonné par la qualité musicale qui se dégage de cet album.

Branislav compose toutes les pièces et partitions tout en jouant de tous les instruments et vocaux ormis la batterie. Le son général de l’album oscille entre le Black et le Death mélodique dans la veine de Dissection et Thulcandra avec un son et des idées originales propres à Bane. Ici, on joue beaucoup avec les claviers pour apporter une dimension planante aux riffs rapides et à la rythmique puissante des dix pièces de l’album. La production est excellente ce qui donne du punch et du caractère aux pièces qui sont brillamment composées et arrangées avec un degré de virtuosité musicale assez élevée. C’est très bien exécuté et mené d’un main de maître d’un bout à l’autre de l’album.

Si comme moi vous aimez le Death mélodique noirci, Esoteric Formulae est tout indiquée pour égayer vos écoutes musicales. À écouter sans réserves!

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 9
Originalité: 8,5
Production: 8,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Unleashed – Death Metal – Suède
The Hunt for white Christ – 2018
Napalm Records
8,6/10

Le Death Metal Suédois regorge de groupes généralement fort excellents et la scène continue à se propager malgré le nombre incalculable de formations y prenant part. Unleashed est l’une de ces formations pionnières qui nous offre son 13e album depuis ses débuts en 1989.

La carrière de Unleashed a toujours été constante d’un album à l’autre ormis deux albums en milieu de discographie. The Hunt of White Christ est un album qui ne sort pas des standards du groupe, on ne régresse pas mais on évolue pas outre mesure. Ce nouvel album est efficace et maintient le groupe sur sa ligne sans en déborder une seule minute. De bonnes compositions, de bons riffs et une production solide.

Même si ce nouvel album ne réinvente pas la roue, il demeure tout de même un très bon album du groupe à écouter sans réserves.

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 8
Originalité: 8
Production: 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Uncle Acid and the Deadbeats – Psychedelic Rock/Doom Metal – Angleterre
Wasteland – 2018
Rise Above
8,8/10

Le cinquième album pour les Anglais de Uncle Acid and the Deadbeats vient de sortir et déjà il fait partie des albums classiques du genre. Wasteland reprends immédiatement là où le groupe nous avait laissé avec The Night Creeper en 2015 perpétuant ainsi sa lancée vers les sommets de l’excellence musicale vintage.

Pour réussir à recréer l’essence et le son des années 70, ça prends du talent et une tonne d’idées. Ucle acid a tout ça et c’est avec des instruments issus de cette superbe période musicale que le groupe nous concocte un Rock psychédélique aux relents de Doom Metal, comme si The Stooges et Alcie Cooper avaient fait équipe avec Black Sabbath pour terroriser le fan de musique plus conventionnel. Ici on a toujours droit aux riffs sombres et fuzzés avec une rythmique solide et des vocaux granuleux aux sonorités « garage ». On retrouve touhjours une certaine similitude avec certaines pièces des Beatles comme Only a Northern Song ou It’s all Too Much ce qui est loin de me déplaire. L’utilistaion du B3 est sans nul doute une excellente idée pour rehausser le côté weirdo et coloré du groupe et l,orgue se marie à la perfection avec les guitares distorsionnées et les amplis qui craquent.

Je suis un très grand fan de Uncle Acid and the Deadbeats et ce nouvel album renforce cet engouement envers le groupe et le rock flyé des années 70.

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 9
Originalité: 9
Production: 8

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Varsovie – Post Punk – France
Coups et Blessures – 2018
Sundust Records
8,8/10

Le duo Français Varsovie nous reviens cette année avec son troisième album depuis sa formation en 2005. Coups et Blessures fait suite à l’heure et la Trajectoire (2015) et État Civil (2010). Varsovie nous offre un album plus mature et plus intense que ses deux prédécésseurs.

Le groupe puise une fois de plus dans ses racines Post Punk en nous concoctant des riffs tranchants et une rythmique rapide et solide avec des textes sombres et engagés. Ici on a vraiment droit à du Post Punk de qualité comme il se faisait à l’origine, d’ailleurs la France a toujours été un fort berceau pour ce type de musique encore présent et plus fort que jamais. Le parallèle avec Noir Désir est indéniable mais aussi avec des groupes comme Joy Division, Dead Can Dance et The Cure. Le groupe a tout de même un son propre à lui-même et une fougue assez impressionnante. Encore une fois la production est impeccable et le niveau de composition très élevé.

Ce nouvel album est tout simplement délectable et s’isncrit aisément parmi les classiques du Post Punk et Gothic Rock. A écouter sans réserves pour tous les amateurs de bonne musique bien ficelée.

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 8,5
Originalité: 8,5
Production: 9

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Bloodbath – Death Metal – Suède
The Arrow of Satan is Drawn – 2018
Peaceville records
8,8/10

Sans aucun doute un Supergroupe, Bloodbath a vu plusieurs personnalités du monde du Métal défiler dans ses rangs depuis sa fondation en 1998. Originalement fondé par Mikael Akerfeldt (Opeth), Anders Nystrom (Katatonia), Jonas Renkse (Katatonia) et Dan Swano, l’alignement a changé au cours des années pour voir Peter Tagtgren (Hypocrisy), Per Eriksson (Katatonia), Martin Axenrot (Opeth) et depuis 2014, Nick Holmes (Paradise Lost)

Nous ne sommes jamais déçus par les sorties de Bloodbath et cette nouvelle parution ne fait pas exception. Nous avons toujours droit au son caractéristique du Death Metal Suédois avec le son sourd de la Boss HM-2 ainsi que les riffs dévastateurs propres au groupe mais sur cet album, une touche Black Metal fait son apparition dans le son global. La rythmique est toujours tout aussi solide et Nick Holmes fait un travail remarquable au niveau vocal. La production pourrait être un peu plus claire mais c’est ce qui fait le charme de Bloodbath et du style musical en général.

The Arrow of Satan is Drawn est un excellent album de Bloodbath qui plaira aux fans de la première heure. Attachez vos tuqyes avec de la broche car ça décoiffe pas mal!

Composition: 9
Exécution: 9
Ambiance: 9
Originalité: 8,5
Production: 8,5

Tags:

By Sinistros in Le Gramophone

Behemoth – Black Death Metal – Pologne
I Loved you at your Darkest – 2018
Mystic Productions
9,6/10

Il y a deux modes de pensée lorsque l’on est un musicien, auteur compositeur de surcroît. Le premier mode de pensée consiste à demeurer confortablement assis dans ce que nous faisons de mieux en gardant toujours la même optique d’album en album. Ceci réussi fort bien à plusieurs groupes et artistes et c’est correct comme ça. L’autre mode de pensée est l’évolution et l’expérimentation. Certes, plusieurs artistes empruntant cette voie se cassent la gueule aux yeux des fidèles mais la majorité qui font fi de ce que les gens pensent réussissent tout de même à sortir des trucs intéressants hors de leur zone de confort.

Behemoth est un très bon exemple de ce mode de pensée. Sur I Loved you at your Darkest, Nergal innove et expérimente en puisant dans son vaste bagage musical pour nous offrir l’album le plus ambitieux de la carrière du groupe. Les influences Gothic Rock et progressives se font désormais entendre dans les pièces de Behemoth avec des passages plus vaporeux et des structures musicales qui changent au gré des riffs. Ici on ose utiliser plus de mélodie, plus de sonorités et textures avec des guitares moins distorsionnées, parfois carrément « cleans ». Même si le vocal demeure celui de Nergal, ce dernier s’aventure dans des vocaux tout aussi « cleans » que les guitares peuvent l’être. Il y a une vide qui se dégage de cet album qui rappelle certains trucs de Fields of the Nephilim et des groupes du genre issus des années 80. Comme toujours, un très beau travail de composition, d,arrangements et de production, toujours avec cette noirceur qui caractérise le son de Behemoth.

Il est évident que les fans de longue date du groupe ne retrouveront pas le Behemoth d’antan, ce temps est derrière le groupe. Est-ce que cet album en est un bon? Assurément! Différent? Certes mais fort intéressant! Cet album suit les traces laissées par The Satanist en version évoluée. Un excellent album dans la discographie du groupe.

Composition: 10
Exécution: 10
Ambiance: 9,5
Originalité: 9,5
Production: 9

Tags: